Fragments d’un discours amoureux

Je suis désolée pour toi qu’un crétin ait essayé de te piquer ton téléphone hier soir, et bien contente qu’il n’ait pas réussi. En même temps, si ce vieux type n’avait pas existé, on n’aurait pas eu de raison d’entamer la conversation, et ma soirée se serait moins bien terminée.

Je n’aurais pas imaginé pouvoir discuter structuralisme, philo, psycho, et des vertus comparées de Freud et Lacan en rentrant de chez moi à minuit un jeudi soir. On dit souvent que les Parisiens ne se parlent pas, nous on s’est rencontrés, et c’était un chouette moment que ces 20 minutes de trajet partagées.

On ne se reverra jamais, sauf si le destin en décide autrement, parce que j’aurais certainement été en pâmoison devant toi si on avait été au lycée et que tu m’avais joué de la guitare, mais je ne suis plus au lycée depuis 10 ans et je préfère le piano :-)

Alors bonne suite, bonne philo, bonnes études (profites-en, ça passe vite !), j’espère que tu me liras et que tu sauras que tu as rendu ma fin de soirée beaucoup plus sympa que ce qu’elle aurait dû être.

    Détails

  • Métro14à Saint-Lazare.
  • Une rencontre faite le 9 mars 2017.
  • Rédigé par une femme pour un garçon.
  • Publié le vendredi 10 mars.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.