Tu es monté entre Trocadéro et Havre-Caumartin, Homme au pantalon jaune

Toi : environ 1m75, teint hâlé/doré comme si tu revenais de vacances il n’y a pas longtemps, yeux verts (ou clairs du moins), avec une petite barbe et des cheveux châtains clair courts et bouclés. Tu portais une parka kaki, un peu longue, avec un pantalon jaune moutarde et des chaussures un peu montantes couleur camel je crois (j’ai pas trop regardé tes chaussures à vrai dire !). Il me semble que tu avais un sac à dos dans les tons gris (pas sûre) et un casque autour du cou.

Moi : petite (1m60) brune avec des mèches un peu blondes/caramel aux cheveux mi-longs et plutôt lisses, yeux marrons et des grandes lunettes marrons foncées (légèrement à écailles). Je portais un trench noir ouvert, une grosse écharpe dans les tons gris, un pull jaune (c’était la journée du jaune apparemment), un pantalon noir légèrement retroussé aux chevilles, et des Stan Smith blanches. J’avais un sac à main noir (type cabas) et des écouteurs aux oreilles.

Entre Trocadéro et Franklin D. Roosevelt (je ne fais jamais attention aux arrêts…), tu es monté dans la rame où j’étais déjà, debout. Quand tu étais encore sur le quai, nos regards se sont croisés, j’ai baissé les yeux quelques secondes et lorsque je les ai relevés, tu me regardais encore. Puis tu es monté, tu t’es placé à côté de moi, debout. Tu t’es mis à lire un livre un peu abîmé, avec des tas de petites feuilles entre les pages qui avaient des annotations. On est tous les deux descendus au même arrêt, Havre-Caumartin. J’ai eu l’impression que tu avais ralenti pour te positionner à ma hauteur (je marche lentement ^^) et que tu t’es légèrement retourné pour me regarder. En bas du premier escalator (en partant du quai du métro), que j’ai descendu en marchant, toi tu étais derrière moi, et j’ai cru que tu allais me parler, vraiment, du coup j’ai enlevé un écouteur, au cas où… mais non, rien… On a fait la correspondance entre la ligne 9 et le RER E comme ça, tu marchais légèrement devant moi. J’avais l’impression que chaque fois que tu allais sur un escalator, tu te retournais pour voir si j’étais la. Arrivés au niveau des machines à composter pour aller vers le RER E, tu t’es dirigé vers celles de gauche et moi celle d’en face, puis on s’est rejoins au niveau du grand hall et on a pris la même direction : Chelles. Une fois sur le quai, je me suis dirigée droit devant vers la voiture de tête de train, pendant que toi tu te dirigeais vers la gauche, vers le milieu ou queue de train. Juste avant que je ne monte dans ce RER, je me suis tournée vers la gauche, pour voir… Et tu étais tourné vers moi aussi, pendant que tu marchais… J’ai souri. Grâce à ton pantalon bien reconnaissable, je t’ai vu de loin descendre à Noisy-le-Sec, mais je n’ai pas pu te rattraper…

Sache que je regrette de ne pas t’avoir adressé la parole, ou ne pas t’avoir souri + franchement que ca. Peut-être aussi que je me suis fait des idées du début à la fin, mais étant donné ma lenteur, PERSONNE ne marche à mes côtés ou à ma vitesse dans les transports…

Si tu te reconnais, n’hésite pas à me contacter… En attendant, je vais essayer de prendre les meme transports vers cette heure-la, et qui sait…

    Détails

  • Métro9à Trocadéro.
  • Une rencontre faite le 3 mai 2017.
  • Rédigé par une femme pour un homme.
  • Publié le mercredi 3 mai.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.