Hymne à la beauté improbable et tellement féérique

le 12 mai à 6h38, je prends le RER B station Fontaine Michalon et m’assois presque face à vous (deuxième ou troisième wagon je crois). Vous grignotiez quelques biscuits et avaliez une boisson enfin avez fini ce frugal petit déjeuner par une banane. Vous êtes descendue à la station Gentilly en vous frayant un chemin entre mon sac noir et quelques pieds. Pendant ce temps béni où je vous ai remarquée et celui, hélas où vous êtes partie loin de ma vue, j’ai pu vous admirer. Je n’ai jamais pu détourner mon regard de votre visage gracile, de vos beaux yeux clairs, de vos très belles mains aux doigts effilés et parcimonieux. Vous étiez, ce jour-là, d’une extrême élégance et nul doute que ce soit tous les jours le cas. Vous portiez une jolie veste brun clair avec une fourrure blanche immaculée, un jeans épousant parfaitement le galbe de vos jambes. Vos cheveux très fins aux couleurs de votre veston en pointe et plus foncés en haut. Ce beau dégradé était tellement mignon. Vos yeux oscillant entre vert et bleu, je n’ai pas su discerner véritablement la couleur tellement la promiscuité lumineuse dans ces transports est importante. Vous avez une charmante petite excroissance sur le côté gauche de votre lèvre supérieure.

Lorsque vous vous êtes frayée ce chemin vers la sortie, vous vous êtes excusée à l’encontre d’un de vos voisins de siège de l’avoir u peu perturbé dans ses songes et fait preuve de sollicitude, quoiqu’un peu ironique, mais tellement emprunt d’élégance et de politesse, ce qui, mais je ne pense pas qu’il en ait saisi tout le sens, aurait pu et du l’interpeler. Vous lui avez dit ; excusez-moi Monsieur. Il est resté complètement insensible.

Je suis celui que vous n’avez certainement pas remarqué, avec un blouson brun clair, des yeux bleus, un style “casual”. Pourtant je cessai jamais de vous regarder.

C’est une première pour moi que de m’épancher ainsi mais enfin, j’espère que vous vous pencherez sur ce site afin d’y lire ce que je viens d’écrire. J’espère revivre ces instants fugaces qui m’auront permis de m’égarer brièvement de mon présent un peu tumultueux.

Vous êtes tellement jolie. Si d’aventure vous lisez ceci et vous remémorer ces moments, laissez une note optimiste.

    Détails

  • RERbà Fontaine Michalon.
  • Une rencontre faite le 12 mai 2017.
  • Rédigé par un homme pour une femme.
  • Publié le samedi 13 mai.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.