Que c’est triste Venise quand…

Que c’est triste Venise quand on ne s’aime plus.

C’est pareil dans le métro, plus de grands transports amoureux.

On se trimbale d’une station à l’autre en traînant les pieds.

    Détails

  • Métro5à Campo-Formio.
  • Une rencontre faite le 27 novembre 2014.
  • Rédigé par une femme pour un homme.
  • Publié le vendredi 28 novembre.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.