Grande Brune au manteau rouge est descendu àAvron alors que tu étais si charmant

Lundi 6 avril aux alentours de 16h15 à Nation, nous sommes montés tous les deux en queue de train de la ligne 2. Assis sur deux strapontins voisins, avant même que tu m’abordes, j’ai senti qu’il se passait quelque chose, inexplicable.

“Excuse-moi, est-ce que tu sais combien de temps il faut pour aller à Anvers ?..”

Après une réponse plutôt furtive, je commence à sortir mes clés de ma poche, m’apprêtant à sortir à la station Avron.

“Excuse-moi, tu descends à la prochaine..? ..Tu ne veux pas qu’on descende ensemble ?..”

En une poignée de seconde, les choses défilent à mille à l’heure dans ma tête, et les portes du métro vont bientôt s’ouvrir.. raisonnable, fidèle, je ne peux que me résoudre à te répondre que ça ne va pas être possible, et que c’est comme ça…”bien que tu sois très charmant”..

_”C’est dommage.. à un de ces jours” me dis-tu avant que je descende du train et que les portes se referment derrière moi.

Moins d’une seconde après je regrettais terriblement de ne pas t’avoir laissé un numéro, un nom, un simple quelque chose qui peut-être un jour nous aurait permis de nous recroiser.

Un mois s’est écoulé, et chaque jour l’épisode me revient en tête ; certains lundi, je suis repassé à Nation sur le quai de la ligne 2 direction Avron à la même heure, j’ai regardé partout autour de moi, mais l’espoir ne pouvait être que minime..Je t’ai laissé partir dans la jungle parisienne où j’ai une chance sur un milliard de te recroiser. Frustration. Si tu lis ce message, bel inconnu, fais moi signe…sur cette annonce en ligne, au guichet de la station Avron où je passe très très souvent (quitte à demander aux agents de la ratp d’afficher cette annonce je veux bien ;) ), laisse moi un mot, quelque chose.

A un de ces jours..

    Détails

  • Métro2à Avron.
  • Une rencontre faite le 6 avril 2015.
  • Rédigé par une femme pour un homme.
  • Publié le samedi 9 mai.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.