A la belle inconnue de la ligne 6, toujours

- ce message est une suite a ma première annonce “la belle inconnue de la ligne 6 - en date du 11 mars 2016 -

Sait-on jamais.

Et voilà, ça fait maintenant plus de deux semaines et je garde le souvenir de cette rencontre. Car oui, je l’ai bien compris, tu m’as tourné autour. Et ça m’a beaucoup plu. OK, je n’ai pas été très coopératif et j’aurais du te parler. Nous autres, hommes, sommes souvent paralysés par le fait de passer pour des emmerdeurs, vous nous avez bien mis la pression en vous moquant entre vous des gros lourds. Mais vous, douces créatures éthérées, qui revendiquez - à juste titre - l’égalité, ce serait compliqué de glisser un petit mot anodin, un truc léger et sans conséquences, avec un petit sourire, juste pour engager la conversation? Je le fais souvent quand ça n’a pas d’importance, mis là, je n’ai pas pu.

Je ne connaissais pas ce site et c’est parce que tu me hantes que je j’y suis aujourd’hui. Et toujours la même histoire inachevée, “Je n’ai pas osé.. je regrette”. Ben moi aussi, là. Pas seulement de ne t’avoir rien dit, mais de t’avoir perdue. De ne peut être plus jamais sentir ton odeur de pain frais quand tu me frôle et que je lutte pour ne pas m’en rendre compte. De ne plus revoir la couleur de bois sombre de tes cheveux sagement attachés pour donner le change. De ne plus retrouver tes mains, distantes et familières, aux ongles vernis en noir, qui me laissaient présager tant de complicité. De ne sans doute jamais savoir, enfin, ce qu’il avait dans le cahier que tu as sorti de ton sac et posé sur tes genoux, couvert de ton écriture manuscrite. Tu as l’oeil qui se promène et tu aimes écrire. Moi aussi. Plus facile, sans doute, que de parler.

Le métro s’est arrêté 10 minutes ce 11 mars et pendant dix minutes, je n’ai pensé qu’à toi. Franchement, j’ai eu le temps de réfléchir. Et je me suis dit que peut être, je vivais tout ça tout seul. Mais quoi qu’il en soit, si tu me l’avais dit, ça m’aurait peut être libéré. Peut être.

Maintenant, c’est à Dieu va. Je ne t’oublie pas. p

    Détails

  • Métro6à Nationale.
  • Une rencontre faite le 11 mars 2016.
  • Rédigé par un homme pour une femme.
  • Publié le mercredi 6 avril.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.