Le temps d’une station

Je suis monté à Duroc vous êtes descendue à Ségur vers 14h. Une station pendant laquelle vous étiez debout à observer ce qui vous entourait.Tout en noir, vous portiez une jupe ou robe qui dévoilait une silhouette assez incroyable avec des jambes et une chevelure châtain interminables, un visage grave et juvénile à la fois, il émanait de vous autant de froideur que de chaleur et votre regard semblait aussi perdu que déterminé, triste que malicieux. Vous avez été amusée par l’improbable dame qui prenait une pinte de bière en photo !

Vous avez posé les yeux sur moi et troublé j’ai esquissé un sourire que vous m’avez rendu, délicieux impossible d’arrêter de vous regarder : vous étiez sublime. Moi, grand brun, la quarantaine en costume marine et écharpe grise, un livre et un sac “habitat” à la main. Vous êtes sortie en coup de vent ce qui m’a empêché de me lever pour vous proposer un café ou au moins vous remercier pour cette vision de grâce et de sensualité

Je le fais donc ici, merci et plus quand vous voulez ! Si vous lisez ce message écrivez-moi.

    Détails

  • Métro10à Duroc.
  • Une rencontre faite le 23 janvier 2018.
  • Rédigé par un homme pour une femme.
  • Publié le mardi 23 janvier.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.