Coude à coude

Cet agréable moment remonte à samedi dernier (24 février) ligne 10 du métro Michel-ange à Auteuil.

Je venais de sortir du métro et c’est à ce moment que je t’ai croisé dans la rue par le biais d’un regard suivis d’un bref sourire qui eut un effet inexplicable sur moi.

Tu portais un jogging gris avec des ugg couleur noire,

les cheveux chatains/blonds mal coiffés et attachés avec une pince et sur ton doux visage une paire de lunettes noire qui cachaient ton regard avec lequel j’avais échangé furtivement quelques secondes avec comme réponse ce petit sourire.

Nos routes se sont séparés aussi vite mais j’étais deja sous le manque de revivre cette situation avec toi. Je n’arrêtai pas de penser à toi et avant de prendre mon train pour rentrer chez moi dans le sud je suis passé par le Monoprix Auteuil

dans le 16ème pour acheter une bouteille d’eau. je rentre et commence à parcourir les rayons un à un et au moment ou je suis rentré dans le rayon des confiseries tu étais là tenant dans ta main une tablette de chocolat.

J’ai eu un instant de bonheur en moi en te voyant repensant à ton mini sourire suite à cet échange. Je continu à avancer dans le rayon avec une émotion de plus en plus forte et une timidité suplémentaire avec la distance ce reduisant

sur toi. Au moment où je suis arrivé à ton niveau j’ai très légerement bousculé un monsieur très certainement par le fait de ta présence juste à coté de moi. Ce petit incident eu comme conséquence que mon coude glissa contre le tiens.

Tu n’as porter aucune attention à ce contact , restant dans tes recherches chocolatées .De mon coté un choc électrique venait de se produire en moi au point de ne pas avoir les mots pour m’excuser.

J’ai poursuivis ma route tjrs avec cette sensation de contact et au moment de changer de rayon je t’ai regardé une dernière fois et découvrir enfin ton doux visage sans tes lunettes que tu avais posé sur ta tete.

Tu repris ta route dans le chemin inverse de moi et au bout de quelques secondes dans un nouveau rayon le manque de ne plus t’avoir à mes cotés devint insupportable.Alors je suis parti à ta recherche dans l’espoir de te retrouver et enfin

vaincre cette timidité en échangeant les premiers mots aussi bref soient-ils.Mais il était trop tard tu avais quitter les lieux et pour appuyer cette deception l’heure de mon départ était là.Le retour chez moi fût très rapide tellement que

je pensais à toi.Et depuis elles ne me quittent plus une seconde.j’espère que par le biais du site mes mots arriverons jusqu’à toi pour établir un premier contact si tu te reconnais dans cette histoire.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.