Te regarder partir est toujours difficile

Je n’ai pas eu le courage de venir te parler…

On se croise quotidiennement sur la ligne B qu’on prend à gare du nord vers 18h10. Tu descends à Port Royal, et je te regarde partir.

Les jeux de regard sont de plus en plus fréquents, et je ne m’en lasse pas. Dès que je t’aperçois dans la rame j’ai un sourire instantané.

Les quelques stations qu’on fait ensemble sont simplement le meilleur moment de mon trajet, et je pourrai me perdre dans tes yeux.

Aujourd’hui ça n’a pas loupé, on s’est retrouvés dans le même wagon. Toi assis, moi debout, comme d’habitude. Tu portais une veste beige, moi une écharpe blanche.

On s’est regardés, on s’est perdus de vue à châtelet, puis j’ai retrouvé ton regard. Tu es descendu à Port Royal, et on s’est re-regardés, comme d’habitude. J’étais toujours dans le wagon, portes fermées, et tu montais les escaliers. Les yeux dans les yeux, je t’ai regardé partir. J’ai hésité à descendre pour venir te parler mais je n’ai pas osé.

Je ne sais pas si je te plais, je ne sais pas qui tu es, mais je meurs d’envie de le découvrir. J’espère qu’on se parlera un jour, ne serait-ce que pour avoir au moins ton prénom.

À lundi j’espère

    Détails

  • RERbà Gare du Nord.
  • Une rencontre faite le 9 mars 2018.
  • Rédigé par une femme pour un homme.
  • Publié le vendredi 9 mars.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.