Je vous trouve très belle.

Vers 18h45. Assis dans le carré d’un wagon filant vers le nord de la capitale, plongé dans mon livre, je ne t’ai pas vu monter dans le métro. Au cours du trajet, j’ai distraitement levé les yeux pour tomber fugacement sur toi, debout, semblant me regarder. Interloqué par ton regard sombre et profond, je n’ai pas tardé à retourner le nez dans mon bouquin.

Je n’ai pas réessayé de croiser ces yeux aussi noirs que la paire de lunettes qui les traversaient… ce qui n’a pas empêché mon reflet de brun barbu de scruter à travers le miroir de la vitre ta blonde chevelure et cette jolie silhouette blottie dans ton manteau bordeaux.

Arrivé à Saint-Lazare, alors que je me levais pour descendre tandis que tu tentais de ravir une place assise dans ce même carré, nos corps se sont croisés et nos regards ont une dernière fois accrochés durant un instant où le temps s’est suspendu.

Je suis parti enchanté avec le souvenir de l’intensité de ces prunelles aussi ténébreuses que mystérieuses.

Un moment bien trop court et bien trop rare dans la folie tourbillonnante de Paris mais que j’aimerais renouveler et prolonger si toutefois il te venait à l’esprit de passer par ici…

    Détails

  • Métro13à Saint-Lazare.
  • Une rencontre faite le 16 avril 2018.
  • Rédigé par un garçon pour une fille.
  • Publié le lundi 16 avril.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.