Nous n’avons osé nous regarder qu’au terminus

Tu étais déjà là quand je suis montée à Havre-Caumartin, il faisait très chaud sur la ligne 9 ce soir, debout entre deux wagons nous sommes pourtant restés voisins pendant tout le trajet, même quand il y a eu des places assises.

Quand nous sommes arrivés au terminus nos regards se sont accrochés mais nous sommes partis dans deux directions différentes, j’ai regretté de ne pas t’avoir parlé.

Tu es brun, barbu et tu avais une chemise bleu clair dont tu avais retroussé les manches, un jean brut et un gros sac à dos avec une boucle de ceinture.

J’espère que tu me chercheras aussi.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.