Cheveux blancs et chaussures rouges.

Nous nous croisons peu fréquemment, mais régulièrement, depuis trois mois. La première fois, tu avais un polo Ellesse, je t’avais suivie du regard quand tu descendais à Rome, tu t’étais retournée en souriant, je m’en trouvais tout retourné également.

Tu as une gueule de félin tatouée à l’arrière du bras droit, tes cheveux sont décolorés, en carré ; ce matin nous étions juste à côté, nous tenions la même barre - j’ai du faire semblant de lire mon livre alors qu’en réalité les lettres se mélangeaient toutes sur la page (je fixais donc le sol, tu avais de jolis talons rouges).

Étant en couple et n’ayant donc rien à offrir, je me suis abstenu de te sourire, de te parler ; me contentant de t’observer en vision périphérique. C’est alors que je t’ai surpris à consulter ce site sur ton smartphone (creepy de regarder le téléphone des autres ?).

Je me permets donc simplement de te dire à quel point tu es jolie - et qu’il m’est très agréable de te croiser, par hasard, le matin : tu romps avec la monotonie ambiante.

Ce matin, tu as nettement adouci mon premier jour de reprise après mes vacances et je t’en remercie !

Au plaisir de te recroiser - et en espérant ne pas t’avoir gênée par ce message.

    Détails

  • Métro2à Stalingrad.
  • Une rencontre faite le 7 août 2018.
  • Rédigé par un homme pour une femme.
  • Publié le mardi 7 août.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.