La grogne

Coup de canif à vif

Entre les côtes,

Coup de blues

P’tit mal au ventre,

On me vaudrait deux

Fois moins que je suis.

Cutter sur les veines,

Sensible à la Geste

Peux plus du à peu près

Du tranquille à routine,

Besoin de vivre caféine,

De te l’hurler avec les dents.

Coup bas bien bas,

Contorsion de nos jambes,

Frôlement, je souffle ;

Affalé, ivre je crois

Putain mais pourquoi ?

Dis, dieu ça sert à quoi ?

Comment ça c’est simple ?

Comme un chariot, un tapis roulant.

Jamais non.

Regarde, ils crèvent

Regarde, ils dissertent.

Coup de semonce.

Mais la gueule arrachée,

Les boîtes de nuit recalées

L’alcool frelaté,

Peu plus les maux de têtes,

Peu plus le miroir me déchirer,

Bosser, trimer, crever.

Coup pour rien alors, au bluff

Soldats de plomb pour l’élite

De plomb, faut crier c’est fini !

Coup de tatane maintenant oui,

Ça soulage,

Coup de tatane, coup de tatane.

D’accord c’est chaud quand même

Les petits engueulades le midi à table

Mais faut bien aussi tu sais,

Renverser la table,

Boire au goulot de belles lampées,

Couper des têtes.

Canari ou confetti,

Qu’est ce tu veux encore,

Je fais comme je peux

Vivre ensemble sans rien dire

Si vraiment tu peux choisir

Mais sinon, fini l’à peu près !

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.