Crimée

Ô, mais qui êtes-vous donc ? Je vous ai aperçu au loin à partir du derrière de mon destrier de fer, (Traduction : En queue de train) j’étais assis sur lui, nous étions chacun à l’autre bout, par contre tu étais debout adossé sur la porte. Tu me regardais au loin et je le faisais aussi. Puis nos regards se croisèrent, mais ma timidité n’a pas fait duré ce moment et au bout de quelques seconds j’ai détourné mon visage. Tu étais habillé sobrement. Sweat noir, jean, de jolis cheveux noisette. Ni trop long ni trop court. Quant à moi, j’étais aussi sobre. Sac style un peu vintage. Une écharpe grise, ainsi qu’un manteau noir. Et puis…

Nous sommes arrivés à Riquet, je me lève et m’apprête à descendre à la prochaine station. Tu ne bouges pas d’un cil, je me dis : “Tant pis, il doit habiter plus loin…”. Arrivé à Crimée, que vois-je ? Toi, descendant du wagon. Mais malheureusement à la sortie nous ne sommes pas allé à la même direction. Mais aussi idiot soit-il, j’ai beau apprécié ce moment. J’espère te revoir un jour, et aussi que tu ailles sur site si vraiment tu as pensé à moi.

Je t’embrasse.

    Détails

  • Métro7à Crimée.
  • Une rencontre faite le 18 janvier 2012.
  • Rédigé par un courtisan pour un prince.
  • Publié le mercredi 18 janvier.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.