Votre sourire perdu

Madame,

J’avais préparé un petit mot que je vous aurais discrètement glissé dans la main au moment de votre descente de voiture. Mais cette fois-ci, vous m’avez évité.

Je crois que je vais continuer à vous écrire même si vous ne me lisez pas et même si vous ne me regardez plus. J’ai l’impression que vous avez évité mon regard aujourd’hui comme j’avais évité le vôtre hier.

Aujourd’hui, vous lisiez les premières pages d’un gros bouquin dont le titre était écrit dans une langue slave. Peut-être êtes-vous d’origine slovaque ou tchèque, voire d’origine polonaise mais j’en suis moins sûr.

A bientôt,

    Détails

  • RERaà Le Parc de Saint-Maur.
  • Une rencontre faite le 21 août 2012.
  • Rédigé par un type pour une vénus.
  • Publié le mardi 21 août.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.