Vendredi, 8h50 : Brune au pendentif couleur cuivre

Hello, belle dame qui descend à Saint Ambroise (mais pour aller où ?)

Vous êtes brune, au teint plutôt clair, le visage merveilleusement bien dessiné, un regard éblouissant, un casque sur les oreilles et vous portez autour du cou un petit pendentif de couleur cuivrée. Mais surtout, surtout, vous avez l’air d’être une chouette personne (certains détails ne trompent pas à ce sujet).

Ce vendredi, vers 8h50, vous étiez adossée à la porte, coincée derrière une poussette. Je crois même que vous avez fait risette a l’occupant, à un moment donné. C’etait trop mignon.

Ce n’est pas la première fois que je vous croise sur la ligne 9 :

Pour être honnête, la première fois, ça m’avait déjà fait quelque chose. J’avais aussitôt posté un message sur ce site, comme tout bon no life incapable de draguer qui se respecte. C’est pathétique. Je sais …

Mais la deuxième. Ah la deuxième ! J’ai complètement craqué … D’autant que je me trouvais presque en face de vous. Je venais de me frayer un passage à travers la foule. Je vois alors la poussette devant moi. Je lève les yeux, et vlan ! Choc visuel. Vous étiez là.

C’est bien simple, je ne savais plus ou mettre mes yeux. Un coup je regardais à gauche. Un coup à droite (surtout à droite en fait - ce qui correspond à votre gauche, précision absurde et sans intérêt, j’en conviens).

Je me suis dit : “c’est pas possible que je ne tente rien”.

Et ben si, c’est possible. La preuve ? Je n’ai rien tenté du tout, hormis dégager timidement le passage pour vous laisser sortir à Saint Ambroise. Je me demande si vous avez remarqué que j’avais anticipé que vous descendiez là … Probablement pas.

Vous êtes alors passée juste devant moi en baissant la tête, sans un mot, avant de disparaitre, me laissant à une silencieuse et étrangement plaisante crise de tachycardie.

C’est la dernière image que je garde de vous : un délicieux profil, et ce petit pendentif de couleur cuivrée tellement inhabituel …

Maintenant il faut que je vous avoue un truc :

(1) Je travaille en banlieue Est. Normalement je ne prends JAMAIS la ligne 9. Par conséquent, je risque de mourir de frustration d’ici quelques semaines si jamais vous ne me recontactez pas pour me donner une chance de vous revoir et de faire votre connaissance.

Vous ne voudriez tout de même pas avoir ma mort par cachexie sur la conscience, hein ? Vous n’êtes pas comme ça. Vous êtes super cool.

(2) Ce matin, vu que c’était mon dernier jour sur la ligne 9, j’ai fait mon psychopathe en laissant passer 6 ou 7 trains avant de monter dans la rame. Je voulais vous recroiser. Voeu exhaucé !

Je suis monté dans un train en me disant que c’était mort, et puis je me suis retrouvé presque nez à nez avec vous. Coup de bol unique dans l’histoire de l’humanité, que je n’ai absolument pas exploité. En même temps, sans stylo ni papier comment communiquer avec une fille qui écoute sa musique tranquillement son casque sur les oreilles ?

Et puis on ne va pas se mentir. Vu votre allure peu commune, les plus beaux garçons doivent déjà vous courtiser assidûment. Alors à vos yeux, je dois rivaliser avec l’homme invisible en termes de translucidité … Mais bon, si un jour vous voulez vous installer un bow window, ça peut toujours être utile.

(3) Même si ça tient de l’impossible, je suis tenté de sécher le boulot pour revenir hanter la ligne 9 dans l’espoir de vous y recroiser. Vais-je risquer le licenciement pour gagner une chance de revoir vos yeux encore une fois ? Je crois que je serais assez con pour faire ça … Et ce serait dramatique.

Alors soyez charitable, mademoiselle : De grace, ne me laissez pas mal tourner pour avoir flashé sur une inconnue !

Dites-moi si vous m’avez repéré, et si vous daigneriez me donner une chance … ou bien pas du tout du tout parce que je suis trop beurk pas beau dégoûtant et que mes yeux, verts à l’état civil, vous évoquent plutôt deux mares boueuses cernées de sourcils broussailleux et de “valises” fatiguées.

Signé : le m’sieur chatain, cheveux courts, pâle comme Vlad Tepes, alias Dracula, en chemise blanche rayée de noir, manteau de cuir noir, chaussures de cuir bicolores marron. 1m80.

Dit comme ça, ce n’est pas très engageant, mais j’ai quand même quelques qualités dont il serait trop bête de vous priver (vous admirerez à juste titre ce teasing de folie, réminiscence dévoyée mes lointaines etudes de marketing). La translucidité notamment ! :-p

Alors n’attendez pas ! Lancez vous !

    Détails

  • Métro9à Saint-Ambroise.
  • Une rencontre faite le 13 avril 2018.
  • Rédigé par un homme pour une femme.
  • Publié le vendredi 13 avril.

Répondre

Vous devez vous identifier pour pouvoir répondre à cette annonce.